Historique de l'Aumônerie du Fellowship

L’Aumônerie du Fellowship a fait ses débuts à la fin des années 70, grâce à la vision collaborative de l’aumônier Phil Philips, de Stu Silvester de la Bramalea Baptist Church et de Roy Lawson, secrétaire général. Ces trois hommes aspiraient à offrir un « ministère de présence » et à témoigner de l’amour de Christ au sein de la collectivité.

En 1979, des études bibliques se sont tenues dans cinq lieux différents au Toronto Pearson Airport. L’année suivante, des cultes d’adoration dominicaux hebdomadaires à la chapelle ont été démarrés au Terminal 2. En 1981, un ministère semblable a été démarré au Vancouver Airport, puis au Halifax International Airport en 1985 et en 1993, à l’aéroport de Montréal.

En 2001, James Turner est devenu directeur de l’Aumônerie du Fellowship, poste qu’il a assuré jusqu’en 2006. Sous sa direction, ce ministère a commencé à se préciser, à se structurer et à offrir de la formation particulière aux aumôniers et à veiller aux besoins d’établir des politiques. Ce ministère s’est centré sur son expansion dans l’Ouest canadien et sur l’ajout d’aumôniers à différentes sphères en plus des ministères dans les l’aéroport.

Une démarche visant à recentrer la vision a été réalisée plus récemment, soit en 2012 et 2013, sous l’intendance de l’équipe visionnaire de l’Aumônerie dirigée par Steve Jones, président du Fellowship. Un nouveau document d’orientation stratégique élaboré en 2012 ainsi qu’un manuel des principes et des politiques en 2013 ont défini les importants changements quant aux perspectives de l’Aumônerie du Fellowship. Ce qui constitue un avenir formidable qui honore Dieu, garant de la poursuite du ministère de présence des aumôniers du Fellowship. Ils constituent en effet un prolongement du ministère de l’Église locale, dans des collectivités et des milieux de travail difficiles à atteindre ou moins visibles.

Aujourd’hui, nos aumôniers atteignent non seulement ceux qui sont confinés à l’hôpital, dans des établissements de soins à longue durée ou carcéraux. Ils exercent également un ministère auprès des services gouvernementaux et communautaires comme les services de police et d’incendie, les établissements éducatifs, les Forces armées, les centres de proximité et bien plus encore.